Emergence. Marmande (France) les 3, 4 et 5 mai 2019

Indars Markots et Karīna Švānberga (LV)

Marco del Mistro et Francesco Beltrame (IT)

Jere Kilpinen (FI)

jere

Francesco Beltrame et Marco Del Mistro sont deux lycéens de Maniago en Italie. Respectivement batteur et saxophoniste dans l’orchestre de leur lycée ils ont été sélectionnés pour participer à un échange d’artistes amateurs. Leurs influences musicales sont plutôt pop rock mais dans le cadre de leur apprentissage ils travaillent majoritairement des morceaux classiques et jazz.

indars

Indars Markots et Karina Švānberga vivent à Jelgava en Lettonie. Il est guitariste et ils débutent ensemble un duo guitare voix. En acoustique, ils instaurent une ambiance intimiste sur des airs folk.

Jere Kilpinen est étudiant à l’Université d’Arts Appliqués de Kankaanpää. Après une dizaine d’années dans le circuit musical, il a entrepris un nouveau cursus pour étudier les arts plastiques. Respectueux de l’environnement et conscient de l’impact des activités humaines sur la nature il travaille sur des concepts créatifs qui permettent le recyclage grâce au détournement d’objets. Il définit sa musique comme « un mélange entre la musique méditative et le bruit » quant à son approche artistique elle est « junk dadaïste et avant-gardiste ».

Emergence est un évènement qui permet à de jeunes artistes amateurs de présenter leur travail à un groupe de professionnels du monde artistique. Les jeunes sont accueillis dans un théâtre et travaillent dans un environnement professionnel avec des moyens techniques identiques à ceux réservés aux artistes programmés dans une structure culturelle.

Au théâtre Comoedia, le matin, les jeunes artistes ont fait les repérages sur scène, avec les techniciens son et lumière. Les jeunes italiens découvrent les instruments prêtés par le conservatoire, ils prennent leurs marques. Pourtant les vingt minutes de préparation ne suffiront pas à les mettre à l’aise. Le stress les a engloutis…

Indars et Karina ont eu, eux aussi, à se familiariser avec un instrument de prêt. Plus expérimenté, Indars choisit la guitare avec laquelle il enchaînera les accords pour accompagner la voix de Karina. Il s’exerce, égrène les premières notes et donne à Karina l’impulsion nécessaire à leur duo. Les échanges avec les techniciens sont efficaces, le son est calé, les micros préparés, les pistes prêtes.

karina

jere2

Quant à Jere, il traîne sur la scène une drôle de valise ornée d’un logo « junkyard Chaman », d’où il sort des fils, une pédale, des ressors métalliques, des canettes en alu, des engrenages, encore des fils, des baguettes… Les techniciens attendent, curieux. Jere demande s’il peut utiliser une guitare, elle est là, elle est prête, il est prêt et les techniciens aussi. Jere commence alors à jouer, pieds nus, recroquevillé au milieu de ses outils, il gratte une plaque de métal rouillé, tout doucement, il recommence. Puis il choisit un autre objet qu’il frotte sur le coin de sa valise avant de tapoter plusieurs fois sur les ressorts métalliques. Il enregistre chaque élément et ajoute les pistes les unes aux autres pour former un son harmonieux et répétitif : la musique est là, douce, reposante et introspective. Il règne dans le théâtre une quiétude impossible à imaginer un quart d’heure plus tôt où l’effervescence et le stress se partageaient les esprits. Jere remet ses chaussures et demande s’il pourra avoir un jeu de lumière différent pour sa prestation, il voudrait être dans une ambiance plus sombre. C’est la première fois qu’il joue sur scène dans un théâtre. Habituellement ses interventions sont plus proches des happenings, elles sont réalisées dans des lieux intimistes. Les techniciens lui préparent une jolie lumière bleue qui participera au voyage.

L’après-midi débute avec des jeunes rockeurs énervés qui mettent une ambiance de fin de soirée alors qu’il est 13h30, on est juste sur la digestion, installés dans les fauteuils confortables d’un théâtre tout en velours rouge. Des amateurs ? Oui mais depuis longtemps, ils se connaissent bien, ils ont répété, ils jouent leur musique, celle qu’ils ont composée ensemble. En attendant leur tour, ceux qui le souhaitaient ont pris possession des loges… d’autres ont préféré l’anonymat de la salle, pas encore tout à fait prêt à endosser le statut d’artiste.

Les jeunes artistes se succèdent, ils proposent des ambiances très différentes. Certains maîtrisent parfaitement le jeu avec le public, ils l’embarquent dans leur univers. D’autres combattent leur panique et surmontent le trac avec peine. Les émotions sont vives, multiples et communicatives.

A la fin des prestations les échanges avec les professionnels sont proposés. Chaque groupe a l’opportunité de se présenter, d’expliquer ses choix créatifs. Des questions permettent de préciser les conditions de répétitions, comment sont répartis les rôles au sein des groupes, qui fait quoi, quel est l’enjeu de cette expérience… Les artistes sont confrontés à des questions sur leur pratique, leur technique, sur la discipline, sur les processus créatifs. Puis des conseils arrivent, bienveillants et pertinents. Ils confortent certains jeunes dans des postures qu’ils n’osaient pas assumer, ils déclenchent des questions sur la pertinence de leurs choix de mise en scène, ils confirment un ressenti difficile à verbaliser. Les échanges sont riches, honnêtes.

Des propositions sont faites, en plus des précieux conseils plusieurs jeunes pourront compter sur un relais. Emergence a tenu ses promesses : la rencontre a eu lieu, le réseau s’enrichit de jeunes talents qui vont pouvoir continuer à grandir sur le territoire.

http://www.emergence-marmande.fr/

yleisö

Translation

Indars Markots and Karīna Švānberga (LV)

Marco del Mistro and Francesco Beltrame (IT)

Jere Kilpinen (FI)

Emergence

Marmande (France) 3rd, 4th and 5th May 2019

Francesco Beltrame and Marco Del Mistro are two students from Maniago in Italy. Respectively drummer and saxophonist in the orchestra of their high school they were selected to participate in an exchange of amateur artists. Their musical influences are rather pop rock but for this event they mainly worked on classical and jazz songs.

Indars Markots and Karina Švānberga live in Jelgava, Latvia. He plays guitar and they start a vocal guitar duo together. In acoustics, they create an intimate atmosphere on folk tunes.

Jere Kilpinen is student at Kankaanpää University of Applied Arts. After about ten years in the musical circuit, he undertook a new curriculum to study art. Respectful of the environment and aware of the impact of human activities on nature he works on creative concepts that allow recycling with the diversion of objects. He defines his music as «a mixture of meditative music and noise» and his artistic approach is « junk dadaist and avant-gardiste».

Emergence is an event that allows young amateur artists to present their work to a group of professionals from the artistic world. Young people are welcomed in a theatre and they can work in a professional environment with technical means identical to those reserved for artists programmed in a cultural structure.

At the Comoedia theatre, in the morning, young artists made their rehearsal on stage, with sound and light technicians. The two young Italians discovered the instruments lent by the conservatory and they tried to take their marks. Nevertheless, 20 minutes of preparation were not enough to make them feel comfortable. The stress has engulfed them…

Indars and Karina also had to familiarize themselves with a lending instrument. More experienced, Indars chooses the guitar with which he will play the chords to accompany Karina’s voice. He exercises himself, singles out the first notes and gives Karina the impetus needed for their duo. The exchanges with the technicians are efficient: the sound is adjusted, the microphones prepared, the tracks ready.

As for Jere, he drags on the stage a strange suitcase decorated with a “Junkyard shaman” logo, from where he takes out threads, a pedal, metal springs, aluminium cans, gears, more threads, rods… Technicians are waiting, curious. Jere asks if he can use a guitar. Here it is, ready for use. Jere is ready and so are the technicians. Jere then starts playing, barefoot, curled up in the middle of his tools, he scrapes a rusty metal plate, very slowly, and he starts again. Then he chooses another object to rub on the corner of his suitcase before tapping several times on the metal springs. He records each element and adds the tracks to each other to form a harmonious and repetitive sound: the music is there, soft, restful and introspective. There is a peace of mind in the theatre that cannot be imagine a quarter of an hour earlier when excitement and stress were shared. Jere puts back his shoes and asks if he can have a different play of light for his performance, he would like to be in a darker atmosphere. It is the first time that he plays on stage in a theater. Usually his interventions are closer to happenings; he performes in intimate places. The technicians prepare him a blue light that will participate in the trip.

The afternoon begins with young edgy rockers who put a late-night atmosphere when it is 13:30, we are just on the digestion, installed in the comfortable chairs of a red velvet theater. Fans? Yes but for a long time, they know each other well, they have repeated, they play their music, the one they composed together. While waiting for their turn, those who wished took possession of the boxes … others preferred the anonymity of the room, not quite ready to endorse the status of artist.

Young artists succeed one another, they offer very different atmospheres. Some people have perfect control of the game with the public, they take it into their universe. Others fight their panic and overcome stage fright with pain. Emotions are vivid, multiple and communicative.

At the end exchanges with professionals are coming on. Each group has the opportunity to introduce themselves, to explain their creative choices. Questions can be asked to clarify the conditions of repetition, how roles are divided among the groups, who does what, what is the purpose of this experiment… Artists are confronted with questions about their practice, their technique, their discipline, their creative processes. Then advice arrives, benevolent and relevant. They comfort some young people in positions they did not dare assume, they trigger questions about the relevance of their choice of staging, they confirm a feeling difficult to verbalize. The exchanges are rich, honest.

Proposals are made, in addition to valuable advice several young people will be able to count on a relay. Emergence has kept its promises: the meeting took place, the network is enriched with young talents who will be able to continue to grow on the territory.

– Catie Sarnel

 

 

Advertisements

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s